Les bases d’une bonne organisation – Schéma Mental (partie 1)

Hello chers minuteurs !

Voici le premier article d’un dossier consacré aux bases d’une bonne organisation.

Quand j’ai décidé de m’installer à mon compte (j’y reviendrai dans un prochain article), j’ai du reprendre de zéro mon organisation personnelle et professionnelle.

Après des années d’organisation « aléatoire », j’étais un peu perdue. C’est à dire que je savais où étaient les problèmes, mais je n’avais pas de « technique ».

J’avais bien essayé auparavant différentes méthodes mais je ne les tenais jamais bien longtemps, si bien que certaines choses étaient rangées au millimètre et d’autres en vrac – quelques-uns d’entre vous voient précisément ce dont je parle.

eli-francis-100644

J’ai donc choisi de faire marche arrière et de revenir à la genèse de mon organisation et aux fondamentaux. Au fil de mon travail, on pourrait dire que j’ai traversé 4 phases majeures :

  • un bilan de la situation, qu’on pourrait appeler la phase réflexive, ou « schéma mental »,
  • la hiérarchisation des besoins et le choix d’un plan, soit la phase préparatoire, ou « schéma virtuel »,
  • la partie active, notamment avec l’achat de produits, correspondant à la phase pratique, ou « schéma matériel »,
  • et la phase expérimentation, ou « schéma rituel » pendant laquelle notre méthode est en période test et rodage.

Après les avoir identifiées, j’ai réalisé que je pouvais appliquer ces 4 étapes à chaque domaine de réorganisation.

Aujourd’hui, j’utilise systématiquement ce processus et ça fonctionne à chaque fois !

Focus sur la première phase de toute (ré)organisation, que j’appelle schéma mental.

Schéma mental

Ca y est, vous vous êtes décidé ! Vous allez revoir votre organisation, établir une routine et remplir un agenda ! Oui, mais comment faire, où commencer ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’une méthode est indispensable à toute organisation. Elle vous permettra de mettre les choses à plat, de donner des directions à vos idées et surtout de ne pas perdre le fil (j’y reviendrai). Cela ne veut pas dire qu’il faut la rendre rigide, contraignante et impossible à suivre !

Par exemple, au début, j’ai compilé toutes sortes de méthodes trouvées sur Internet : certain/es d’entre vous ont peut-être entendu parler des méthodes Pomodoro, Eisenhower, KonMari,…

Je me disais que si elles avaient autant d’adeptes à travers le monde, peut-être que l’une d’entre elles me conviendrait !

Toutefois, j’ai réalisé quelque chose : si bien sûr elles fonctionnent, quels que soient leurs avantages et leurs inconvénients, elles partagent toutes un point commun : elles ne tolèrent pas d’exceptions.

hannah-morgan-39891

Mais c’est ce qui fait la vie de la plupart d’entre nous : les exceptions à la règle !

En effet, le rangement au millimètre ne prend pas en compte les moments où nous sommes pressés, la routine des repas ne prévoit pas la flemmingite aiguë du mercredi soir, le planning professionnel télescope souvent le planning privé.

Du coup, j’ai du m’adapter en créant mes propres rituels, ma propre routine, ma propre méthode.

Ce qui m’amène au deuxième point, votre méthode doit être PER-SON-NA-LI-SEE. Pas la peine de copier votre cousin, voisine ou collègue, vous n’y arriverez pas. Chacun a ses priorités organisationnelles, ses contraintes, et ses techniques.

Nous arrivons donc au point crucial :

Qu’est-ce qui va me permettre d’établir ma méthode à moi ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s