Les bases d’une bonne organisation – Schéma Mental (partie 2)

Après la première partie de cet article, vous êtes sur la bonne voie, chers minuteurs !

1. Définir sa situation personnelle et professionnelle.

Pour commencer, vous allez devoir faire le point sur tout ce qui vous définit, en tant que personne. Je vous conseille de le faire par écrit.

Quelle est votre situation personnelle ? Êtes-vous célibataire ? Avez-vous des personnes à charge ? Habitez-vous en maison ou en appartement ? Professionnellement, quels sont vos horaires, êtes-vous salarié/e ou libéral ? Avez-vous des loisirs ?, etc.

Autant de questions qui rendent votre profil unique et vous permettent de situer vos besoins et contraintes personnelles et professionnelles.

Par exemple, si vous êtes un couple de fonctionnaires possédant un chien, avec des enfants en bas âge, vous n’aurez probablement pas la même routine de tâches ménagères qu’une personne seule à la retraite !

Prenez soin de tout détailler en mettant en avant vos disponibilités et contraintes, cela pourra vous être utile une fois arrivé/e à l’étape n°3.

2. Choisir ses priorités.

Ensuite, il vous faut déterminer quels sont les points d’organisation cruciaux pour vous, ceux qui ne tolèrent aucune digression.

Pour ma part, c’était le rangement des papiers. J’aime me charger des lettres administratives, de l’organisation des dossiers type « santé » ou « quittances de loyer », et surtout pouvoir retrouver un document assez rapidement.

Pour d’autres, ça peut être les courses, la gestion des lessives, ou le rangement du réfrigérateur.

A vous de trouver les pivots autour desquels vous allez établir votre routine.

3. Fixer ses limites.

Vous avez fait le portrait-robot de votre situation et choisi les indispensables de votre organisation ? Bravo !

Il est important de se rappeler que vous n’êtes pas une machine et que l’erreur est humaine. De plus, je vous le redis, il s’agit de VOTRE façon de faire et tant pis pour votre belle-mère, qui, bien sûr, « n’aurait pas fait comme ça ».

Une fois votre cadre et vos priorités déterminés, libre à vous de moduler et d’adapter votre méthode. Nous verrons ça plus tard en détail dans l’article présentant la phase 4, le « schéma rituel ».

glenn-carstens-peters-190592

C’est pourquoi nous arrivons à la partie qui me semble la plus difficile à appliquer : définir des frontières.

A l’instar des priorités, ce sont des choses essentielles à votre organisation mais représentent des objectifs personnels.

Par exemple, il peut s’agir de refuser vouloir faire le ménage le soir ou le weekend, se lever avant 7h, ou encore faire les courses au-delà d’une certaine distance de chez soi. Mais cela concerne aussi le temps que vous souhaitez consacrer à certaines choses : avoir minimum 3h de lecture ou de sport dans la semaine, aller tous les jours au parc avec vos enfants, déjeuner de temps en temps avec vos collègues.

Petite précision : je parle ici de choix de vie, pas de contraintes incompressibles, comme les heures de sortie d’école ou de réunions professionnelles. Ces impératifs-là devraient déjà avoir été relevés dans le point n°1.

4. Déterminer ses besoins en prenant en compte toutes ces données.

Arrivés ici, vous devriez avoir dégagé un certain nombre de grandes lignes.

Si nous reprenons l’exemple fictif du jeune couple de fonctionnaires, cela donnerait le bilan suivant :

  • Mathilde et Frédéric, 30 ans, agents administratifs, un fils de 5 ans et une fille de 3 ans, un chien.
  • Propriétaires d’une maison, avec un garage et un jardin.
  • Horaires de travail identiques : 9h-18h, rentrent chez eux le midi.
  • Contraintes : horaires du travail et de l’école, nounou pour les enfants le mercredi et les fin d’après-midi, gestion du chien, astreinte professionnelle un samedi sur deux pour monsieur, déplacements nationaux ponctuels pour madame.
  • Priorités : préparation des repas, propreté de la maison et consacrer du temps aux enfants.
  • Limites : ne pas faire le ménage pendant la pause déjeuner, inviter leurs amis le weekend, se déplacer en vélo le plus possible.

C’est là que chaque point est important, puisque plus votre bilan sera précis, plus vous serez en mesure d’en extraire des détails d’organisation pratique.

A titre d’illustration, je n’ai pas de pièce spécifique pour travailler, mon bureau étant dans le salon. J’ai donc du prendre cela en considération pour élaborer mes horaires de travail, qui devaient se situer dans un créneau où je pourrai être tranquille pour travailler.

Et après ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s