Pour ou contre les listes ?

Bonjour chers minuteurs,

Aujourd’hui, un sujet qui fait écho à mon article sur les bases d’une bonne organisation : les listes.

Aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours fait des listes. Qu’elles soient pratiques, pour les courses, choses à faire, points à l’ordre du jour d’une réunion ou alors bien plus triviales comme la liste des films que je voulais voir, ou celle de mes chanteuses préférées (si si !),…

Quand j’y pense, la plupart des gens autour de moi font également des listes.
C’est quelque chose d’assez systématique et qui semble répandu en matière d’organisation.

Mais sans vouloir mettre les pieds dans le plat, je vous pose ici la question qui fâche : les listes sont-elles vraiment utiles ?

Les avantages

Si comme moi, vous avez tendance à tout remettre au lendemain, c’est-à-dire procrastiner, peut-être vous êtes-vous orienté depuis longtemps déjà vers une liste pour ne pas perdre le fil et respecter vos impératifs.

Ainsi, vous avez sûrement fait le choix d’une simple liste, ou d’une liste plus hiérarchisée type « to-do list », voire d’une liste à objectifs appelée « bucket list ».
Nous y reviendrons dans un article futur traitant des différents outils pouvant faciliter votre organisation.

Quoiqu’il en soit, je trouve que faire des listes présente les avantages suivants :

  • libérer la pensée : poser ses idées et choses à faire noir sur blanc « allège » l’esprit, permettant de passer à autres chose ensuite.
  • ne pas s’éparpiller : décrire dans le détail les tâches à faire facilite la hiérarchisation des points importants en mettant en avant les priorités.
  • réaliser l’ampleur des tâches : voir l’avancement des projets vous indique si vos objectifs sont réalistes et si vous avez tendance à faire plus ou moins que prévu.
  • déléguer : avoir un support donne la possibilité à autrui de prendre le relais pour vous soulager, et ainsi vous aider ou vous assister dans la mise en oeuvre de vos plans.

Les inconvénients

Lors de ma réorganisation, mon premier réflexe a été de faire une liste complète des choses à faire.
J’avais même un carnet pour chaque domaine : professionnel, administratif, maison, choses à acheter, etc.

Très vite, j’ai réalisé que mon système ne fonctionnait pas, car ce n’étaient ni plus ni moins que de simples pense-bêtes au format liste sans objectifs précis…
En effet, il n’était pas évolutif et finalement n’appelait pas du tout à l’action.

Attention, écrire n’est pas égal à faire !
Faire des listes juste pour le principe d’en faire ne rime à rien. On peut même leur reprocher :

  • d’avoir une fiabilité relative : il est nécessaire de prendre du recul et de réviser régulièrement sa liste, voire de la soumettre à une tierce personne pour éviter les oublis potentiels.
  • de déresponsabiliser : beaucoup de gens se reposent sur une liste en oubliant que ce ne devrait être qu’un outil. De plus, que se passe-t-il lorsque l’on perd la liste, ou si on la donne à quelqu’un ?
  • de manquer de souplesse : une liste très (trop) détaillée vous donne l’impression « d’étouffer », avec peu de marge de manoeuvre.
  • d’être inutiles : par exemple, « faire les courses » ou « le ménage » sont des actions qui vont logiquement se réaliser à plus ou moins long terme, donc plus destinées à un post-it que sur une véritable liste. A contrario, « finir la chambre » peut être trop vague, il peut aussi bien s’agir de terminer la peinture, que de monter des meubles ou installer la décoration…

Bilan

Il faut reconnaître qu’une liste, c’est bien pratique. Mais quand on commence à en avoir pour tout et n’importe quoi, plusieurs, partout, et qu’elles ne sont ni suivies, ni cohérentes, et bien ça ne sert à rien.

C’est pourquoi je pense que cette solution est propre à chacun, certaines personnes ne jurent que par les listes et d’autres n’en ont aucune.

Néanmoins, voici 3 conseils que je pourrais vous donner autour des listes :

  • Ne pas se sentir obligé de faire une liste mais vraiment en faire bon usage et l’adapter à sa situation ! Il faut toujours garder en tête la raison pour laquelle vous avez commencé une liste et votre objectif final.
  • La personnaliser un maximum : type de support que l’on veut (feuille, ardoise, tableau, carnet,…), fréquence libre (liste quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle) et domaines où cela semble nécessaire (globale ou spécifique – ménage, courses etc.)
  • Hiérarchiser : choisir un code couleur, souligner les urgences, utiliser des puces (à tirets ou à chiffres), ajouter des contraintes (date butoir),…

Je vous donnerai prochainement dans le détail mes astuces pour réaliser une liste précise, concrète et efficace !

Pour finir, peut-être avez-vous remarqué que je n’ai parlé à aucun moment de listes numériques. C’est délibéré puisque j’aborde ce point dans l’article consacré à l’organisation numérique VS l’organisation papier.

En attendant, rappelez-vous : haut les coeurs et oubliez les montres !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s